ensa.lgbt – premiers secours en santé mentale pour les personnes queer

La communauté LGBTQIA en particulier est fortement touchée par les problèmes de santé mentale. Il est d'autant plus important de savoir prodiguer les premiers soins.

Que faire lorsque vous remarquez qu'une personne est en souffrance psychique ? Il est important de reconnaître et de réagir face aux difficultés psychiques de ses proches et collègues. Plus on attend, plus les problèmes s'agravent.

Les secouristes acquièrent les connaissances de base sur les troubles psychiques, connaissent les étapes des premiers secours et savent comment les appliquer.

Le cours s'adresse aux militants et au personnel des centres spécialisés et de conseil qui ont régulièrement affaire à des personnes queer dans leur engagement ou leur travail. Il est également ouvert à toutes les personnes intéressées de la communauté LGBTQIA qui souhaitent renforcer leurs connaissances en matière de premiers secours.

ensa est la version suisse du programme australien Mental Health First Aid. En 2022, l'Aide suisse contre le Sida, en collaboration avec Dialogai, organisera pour la première fois des cours d'ensa axés sur les expériences et les besoins de la communauté queer.

Aperçu des cours

Cours 956 DE / Berne & Zoom / Début : 07.05.2022
Cours 1226 FR / Genève / Début : 15.05.2022
Cours 954 DE / Zurich & Zoom / Début : 19.08.2022 - Complet
Cours 1073 FR / Lausanne / Début : 20.09.2022

Le coût du cours en sept modules s'élève à 450 CHF et comprend également le manuel avec des informations complémentaires.

Les collaborateurs-trices des organisations membres de l'Aide Suisse contre le Sida bénéficient d'une réduction allant jusqu'à 330 CHF. Les bons peuvent être demandés directement auprès de Florian Vock. Le nombre est limité.

Les jeunes LGBTIQ qui s'engagent dans la communauté peuvent participer gratuitement. Les bons peuvent être obtenus auprès de Florent Jouinot. Le nombre est limité.

Instruktor:innen

Anna Rosenwasser (elle) a grandi dans un village à côté de Schaffhouse, où son travail de journaliste a débuté. Lorsqu'elle a découvert qu'elle était le B de LGBTQ, Anna a trouvé un foyer dans la Milchjugend et est devenue plus tard directrice de l'organisation lesbienne LOS. Aujourd'hui, elle donne des ateliers, des conférences et écrit des textes sur des questions queer et féministes. Ce qui lui importe le plus, c'est que nous ne prenions pas seulement soin de nous-mêmes, mais aussi les uns des autres.

Susanne Vonarburg (elle) appartient à la communauté LGBTQ depuis son adolescence. Pédagogue curative et théâtrale de formation, elle développe et dirige depuis sept ans des programmes de prévention en matière de santé mentale pour les jeunes. Elle est instructrice ensa depuis 2019 et formatrice ensa depuis 2020.

Josua Wälti (er) a remarqué dès l'adolescence que la norme hétérosexuelle n'était en quelque sorte pas faite pour lui. Depuis plusieurs années, il travaille dans le domaine de la santé sexuelle pour les HSH et les personnes trans, est membre actif de l'association Diversum, un safer-space par et pour les People of Colour, et formateur d'adultes dans le domaine de la santé mentale pour les jeunes LGBT.

Sandra Marisa Tommasini (elle) a une formation d'éducatrice spécialisée et de sexologue. Il y a douze ans, elle a osé se mettre à son compte. Depuis, elle s'engage dans les domaines de l'éducation sexuelle et de la prévention et du dépistage précoce de la santé mentale. Depuis 2019, elle est instructrice ensa et depuis 2020, formatrice ensa. Pendant son adolescence, elle a "rejoint" la communauté LGBTQ.

Abdurahman Mah (il) est neurobiologiste et psychologue avec une expérience diversifiée et multidisciplinaire. Il aimerait acquérir le titre fédéral de psychothérapeute à orientation systémique. Il est spécialiste dans le domaine de la promotion de la santé mentale et s’engage à une vision positive de la diversité (affective, sexuelle, genre, diversité culturelle, personnes en situation de handicap).