Tendance à la baisse du nombre de personnes découvrant vivre avec le VIH mais la discrimination persiste

La nette diminution du nombre de personnes ayant découvert vivre avec le VIH confirme l’efficacité de la politique de prévention en Suisse : dépistage accru, notamment parmi les groupes de population particulièrement exposés, initiation précoce du traitement et un suivi continu de qualité des personnes vivant avec le VIH.

Pour l’année 2020, il est possible d’observer un nouveau recul du nombre de personnes ayant découvert vivre avec le VIH déclarés à l’Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP). Pour la première fois depuis le début de l’épidémie, moins de 300 déclarations VIH ont été adressées à l’OFSP, en tout 290, contre 1300 par an en moyenne dans les années 1990. Une base essentielle de ce recul est une « cascade VIH » durable, dans laquelle presque toutes les personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut et ont accès rapidement à un traitement efficace qui permet de prévenir la transmission (Treatment as prevention, ou TasP). Le traitement préventif du VIH (Prophylaxie pré-exposition, ou PrEP) a également contribué à cette diminution – fin 2020, au moins 3000 personnes, essentiellement des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, utilisaient la PrEP pour se protéger du VIH (plus d’information dans le dernier bulletin de l’OFSP).

« Si le VIH se transmet si peu en Suisse, c'est aussi et surtout grâce à l'observance du traitement par les personnes vivant avec le VIH. On ne le dira jamais assez : les personnes vivant avec le VIH sous traitement efficace ne transmettent pas le virus - ni dans la vie quotidienne, ni lors de rapports sexuels » souligne Andreas Lehner, directeur de l'Aide Suisse contre le Sida.

93% de toutes les personnes vivant avec le VIH en Suisse connaissent leur statut sérologique. 98% des personnes qui savent vivre avec le VIH prennent un traitement et 96% des personnes vivant avec le VIH qui prennent un traitement ont une charge virale en dessous du seuil de détection. Avec ces valeurs dans ce que l’on appelle la cascade du VIH de l’ONUSIDA, la Suisse occupe une place de leader mondial dans la lutte contre la propagation du VIH.

Journée mondiale du sida 2021: Stop à la discrimination sur le lieu de travail

Pourtant, les peurs irrationnelles de transmission restent présentes dans la société. « Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, nous recevons à nouveau de plus en plus de demandes concernant les risques de transmission du VIH dans des situations de la vie quotidienne, par exemple dans le tram ou un salon de coiffure. Bien que les personnes vivant avec le VIH sous traitement efficace ne transmettent le virus, c’est une information qui est encore loin d’être connue de l’ensemble de la population » constate Andreas Lehner. Il faut donc poursuivre le travail de sensibilisation et d’information auprès de la population.

Ainsi, si le nombre de personnes découvrant vivre avec le VIH diminue depuis des années en Suisse, le nombre de discriminations à l’encontre des personnes vivant avec le VIH dénoncées à l’Aide Suisse contre le Sida reste stable à un niveau élevé. Celles-ci touchent tous les domaines de la vie sociale : que ce soit le travail, les soins ou les assurances. (Plus d’informations sur les chiffres et les tendances concernant les discrimination sur aids.ch). C'est pourquoi la campagne de l'Aide Suisse contre le Sida, à l'occasion du 1er décembre, met l'accent sur la discrimination au travail.

  • Le site hope.aids.ch fournit des informations sur la campagne actuelle contre la discrimination au travail.
  • Les images et clips de la campagne sont disponibles pour publication.
  • Le site www.aids.ch informe sur le VIH, la manière de prévenir sa transmission, les possibilités de traitement et la vie avec le virus.
  • Pour toute information ou discussion de fond, veuillez-vous adresser au service de presse de l'Aide Suisse contre le Sida au 044 447 11 77 ou Activez JavaScript pour afficher ce contenu protégé.